ITW n°106: Sophie – ex K fighteuse (K du Sein).

Hello,

aujourd’hui Sophie, 27 ans, pétillante, déterminée, super warrior, nous livre son combat contre un K du sein, dont elle est en rémission depuis 1 an ! yeah !

Avec le ton d’une jeune femme naturelle, elle raconte sans tabou, et sur un ton 100% décomplexé, le combat de sa vie, connu trop tôt comme bon nombre d’entre vous / nous. “Je ne crois pas que l’on est censé être confronté à sa propre mortalité à 25 ans”, clairvoyante, sincère, c’est aussi le récit d’une jeune femme, pour qui la coquetterie, la dignité a été un moteur, pour narguer cette réalité loin d’être futile … beau témoignage

Belle découverte.

Commençons:

Qui es tu ?

Prénom: Sophie

Age : 27

Profession: Directrice adjointe

Ou vis tu : en Languedoc Roussillon

Pourquoi acceptes tu de partager ton histoire aujourd’hui ?

Une rencontre m’a fait réaliser que le partage était important, les gens se questionnent et souvent leur curiosité me pousse à un questionnement personnel. La même question n’apporte jamais la même réponse… J’entrevois à chaque fois un nouvel aspect de ma maladie. En cela, c’est intéressant pour moi de partager mon histoire aujourd’hui.

 

Quelles sont tes qualités (en quelques mots) ?

Je tourne tout à la dérision, je m’arrange toujours pour trouver LE côté amusant de chaque situation, même lorsque pour d’autre, il n’y en à aucun. Ensuite je pense pouvoir dire que je suis une battante infatigable…

 

Quelles sont tes passions (en quelques mots) ?

Aujourd’hui le sport et les nouvelles méthodes de cuisine… Demain…

 

Quel K (quel cancer -grade si tu le souhaites / stade idem) :

Cancer canalaire du sein gauche, stade 2, grade 3

 

Quand a t il été découvert ? Quel age avais tu ?

24 Ans

 

Dans quelles circonstances a t il été découvert ?

Comme souvent, j’ai laissé cette petite « boule » dans mon sein prendre bien trop de place par négligence…

  

Si tu es en cours de traitement, ou en rémission (depuis combien de temps ?)

Je suis en rémission depuis le 12 Mai 2016

 

Peux tu nous résumer ton histoire de (K fighteur)?

Sous la douche, j’ai senti cette petite boule dans mon sein. Que l’on ai 7 ou 24 ans, le premier réflexe est toujours d’appeler sa maman complètement paniquée. Sur ses conseils je suis allé voir le médecin traitant, qui lui ne s’est absolument pas alarmé, mais m’a dirigé vers un radiologue. Celui ci m’a pris de haut et à tourné ma demande en ridicule, spécifiant qu’il était impossible, que ce nodule soit une tumeur. 7 mois après, j’ai été diagnostiqué d’un cancer canalaire infiltrant qui ne demandait qu’a passer au stade 3…

Quels traitement as tu eu ?

chimio: 9 séances de chimio, quatre de FEC 100 et 5 de taxotère

radiothérapie: 35 séances de radiothérapie

Une opération tout les quatre mois depuis Septembre 2014. (PAC, Axillaire, Mastectomie gauche, lipomodelage, Mastectomie prophylactique, Pose expandeurs…)

Quelles astuces en lien direct avec le K as tu envie de partager

(ton feeling avec médecin, tes bons plans d’organisation traitement, tout ce qui te semble utile ;)) ?

L’homéopathie… On ne nous la propose pas systématiquement lorsque l’on commence les traitements, pourtant, je pense qu’elle à été mon meilleur soutien santé pendant deux ans !

 

1/ chimio : (ex: tes astuces, le casque, tes affinités avec les infirmières):

Je ne dirais pas que je n’ai pas mal vécu la chimio, mais j’ai tellement mal vécu les rayons ensuite, qu’elles restent un souvenir moins difficile !

Comment vivais tu la veille, le jour meme, les jours d’après chimio ?

et quelles étaient tes astuces ?

Les veilles de chimio, je mangeais dans un Fast Food, c’était rituel ! Je savais que je ne mangerais plus ensuite pendant trois jours.

Les jours de chimio sont tous liés à un souvenir plus ou moins cocasse. J’ai une meilleure amie et un maman formidable qui se sont libéré pour chaque jour de chimio, et ont usé de milles techniques afin de m’aider à supporter cette journée.

Les trois jours d’après chimie, je ne pouvais pas manger, je me forçais à sortir du lit et à tenter quelques occupations (je ne suis pas du genre à abdiquer facilement ! Non mais oh !), et le soir du troisième jour, ma maman m’emmenait à la maison mon plat préféré, toujours le même rituel pendant 9 séances.

  

2/ hopital: (ex: contact avec infirmières / doc / aides soignants):

l’hôpital est l’étape obligatoire et agaçante pour moi. Je n’y ai pas encore mis un pied qu’il me tarde d’en sortir, je suis une très mauvaise patiente !

  

3/ medicine “parallèle”, si tu as a fait (quelles disciplines, quels furent leurs bienfaits):

L’homéopathie ! Comme beaucoup des malades qui subissent des traitement, j’ai évité au maximum l’allopathie complémentaire !

Que faisais tu pour te changer les idées / te vider la tête (avant chimio , operation & co) ?

Cette réponse agacerait sûrement ma mère qui se faisait beaucoup de souci à ce moment là mais je dirais … La fête avec mes copines, sans conséquences !

Quelles astuces pratico-pratiques “bien être / beauté” peux tu nous conseiller ?

1/ beauté: tes produits indispensables (ex: crèmes, vernis, cicatrices, huiles…)

Utilisez des produits de qualités, de pharmacie et bio ! Notre corps est déjà tellement agressé par tout ces traitements, inutile d’en rajouter !

 

2/ look, (ex: ton look préféré chimio, hosto, tous les jours pour te sentir bien):

Les très hauts talons ! J’en ai porté toute ma chimio, je compensais une sensation de manque de féminité je dirais ! A chaque arrivée au service de chimio, les infirmières étaient dans l’attente de voir ma nouvelle paire de chaussure !

  

3/ quotidien (ex: sport, nourriture & co, meditation, lecture…)

j’ai continué de courir au maximum pendant les traitements

4/ pb cheveux (ex: portais tu une perruque, foulards , bonnets)

Les cheveux… Lors de mon rendez vous de diagnostique, c’est à l’évocation de leur perte inévitable que je me suis effondrée. Tout mon entourage s’est cotisé pour m’offrir LA perruque de luxe ! Celle en vrai cheveux sur laquelle on peut utiliser les plaques lissantes et tout ça si si ! C’est une étape très difficile pour une jeune femme. Mais ce n’est pas la pire.

  

Etais tu soucieuse du regard des autres, avais tu peur que leur regard change ? Que faisais tu pour le contrer ?

Absolument soucieuse ! Durant tout mon combat je suis toujours sortie « tiré à quatre épingles », je n’avais pas le droit à l’erreur, il ne fallait pas qu’on voit que j’étais malade, et surtout que l’on puisse faire passer une erreur de look, ou de laisser aller sur le compte de la maladie…

Quelles sont les phrases “pépites” / pieds dans le plat (dont tu te rappelles) qu’on a pu te dire pendant le K et qui auraient pu t’être évitées ?

Un jour, juste après le nouvel an, une dame rentre en salle de chimio en claironnant gaiement « Bonne année et bonne santé !», cette remarque que j’ai trouvé inappropriée m’a beaucoup amusée !

Et une autre fois, une dame plus âgée que moi, que je ne connaissais, qui n’avait pas réalisé ma maladie, et avec qui j’avais une discussion lors d’un repas chez des amis, m’a dit que « lorsqu’on perd la santé, on perd tout », face à mon désaccord elle à mis un terme à la conversation en me disant qu’a mon âge on ne pouvait pas comprendre ça, et que je comprendrais l’importance d’être en bonne santé en vieillissant ! Si seulement j’avais eu cette chance !

 

Comment tes proches t’ont ils accompagné ?

Ils m’ont sauvé. Clairement, leur disponibilité et leur attention ont fait de ses deux ans de traitements et d’intervention une très belle prise de conscience pour moi. Ma mère et mon chéri surtout m’ont porté à bout de bras pendant de très long mois.

 

Et quels seraient les conseils que tu pourrais donner aux proches qui accompagnent un K fighteur ?

N’essayez pas de nous comprendre, nous ne sommes pas du même coté de la barrière. Soyez juste là, essuyez les pleurs et les pots cassés. Nous sommes ingrats sur le moment mais nous voyons chacune de vos gestes d’amour.

Te renseignais tu sur le K sur internet ?

Absolument pas …

  

Qu’est ce que le K a changé dans ta vie …?

(par exemple: ta vision du monde, des priorités, de tes essentiels, recentrer ton entourage, dans ton travail, ta philosophie ..?)

Est ce que ça m’a changé … Je ne crois pas que l’on est censé être confronté à sa propre mortalité à 25 ans. Je dirais que maintenant, je ne fais plus que ce que j’ai envie. Mon temps est trop précieux pour être perdu dans des carrières inintéressantes où qui se sont imposées d’elle même. Si j’avais perdu le contrôle, aujourd’hui on me l’a rendu et je compte bien ne plus m’embêter des trivialités du quotidien…

‐‐‐‐‐‐‐‐‐‐

Merci Sophie, pour ce témoignage très précieux.

Vous pouvez lui laisser des commentaires, ci dessous.

Si comme elle, vous souhaitez raconter votre histoire, vos projets et livrer vos astuces, rdv ici, renvoyez moi votre questionnaire et 1 photo de vous pour que je vous dessine 😉  à : [email protected]

*Vous êtes nombreux à m’envoyer vos témoignages, merci pour votre confiance si précieuse, pour cette même raison, les diffusions de vos interviews seront parfois diffusées dans plusieurs mois, mais sachez que je garde et transmets absolument TOUS les témoignages qui me sont envoyés, merci pour votre compréhension.

Sachez que je ne retouche aucune Interview, elles sont complètement libres, c’est votre liberté, votre histoire, je rajoute juste ma touche perso avec l’illustration, elles sont délivrées telles qu’elles m’ont été envoyées 😉

NEVER GIVE UP !!

Charlotte

3 réponses
  1. Delamotte muriel
    Delamotte muriel dit :

    Merçi Sophie pour ton témoignage. Et ton courage .moi je suis en deuxième chimio de taxofere encore sept .et je déplore pour mon cas le peux d accompagnement en médecine parallèle. Je lis que l homéopathie a été bien pour toi donc je vais voir de ce côté là cordialement muriel

    Répondre
  2. Natacha
    Natacha dit :

    Beau combat Sophie, il n’y a malheureusement pas d’âge pour cette foutue maladie. Ce que je peux conseiller à certaines en plus de l’homéopathie, c’est l’accuponcture. Cela m’a énormément aidé contre les nausées. Et surtout rester féminine les filles…

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *