ITW12-EMILIE-WONDERNURSE
ITW n°12: Emilie super infirmière.

ITW n°12 : Emilie – Super Infirmière .

ou “Super” infirmière !

Les infirmières, nos bonnes fees, qui rendent nos vies plus douces pendant les traitements :

 

Hello,

aujourd’hui j’interviewe la merveilleuse Emilie.

Vous l’aurez compris, on se connait bien elle et moi. Emilie & son merveilleux acolyte / équipier Francisco, ont fait partie de ma longue bataille et tiennent une place très particulière dans ma mémoire, comme vous avez pu le lire dans mon post 14 (les soins à domicile), pendant 4 mois nous nous sommes retrouvés presque tous les jours matin & soir 😉 !

En effet, c’est cette équipe de choc qui a su me // nous redonner le sourire P. & moi, pendant la période la plus sombre de mon histoire: ces 4 mois enfermée chez moi avec toutes mes poches (ma Stomie & mes poches de nutritions). Comme vous l’avez surement compris au fil des posts je tente de ne garder que le “positif ” de cette guerre du K (sans nier la réalité, mais mieux vaut ne garder que le positif pour mieux avancer et se reconstruire), et sachez que E. & F. ont vraiment contribué à embellir ces souvenirs malgré tout. Sans le savoir, ils ont rendu ma vie plus douce, matin & soir je me faisais une “joie” de les retrouver même dans ces circonstances pas très fun, car en plus d’etre hypra compétents, à l’écoute, efficaces, redoublant d’astuces pratiques,  cherchant toujours les meilleures solutions pour m’aider, je garderais surtout toujours en tête ces 2 très belles rencontres 🙂 , merci à tous les 2 (merci ce n’est pas même pas suffisant)

Oui, le K c’est dur, mais ça permet aussi de rencontrer de très très belles personnes, je suis donc enchantée et un peu émue j’avoue de vous présenter “Wonder Nurse” Emilie dans cette ITW n°12 🙂

Commençons:

CV-ITW12EMILIE-SUPER-NURSE

Qui es tu ?

Prénom: Emilie

Age : 34 ans

Ou vis tu : Boulogne

Ou exerces tu : 75, 92, 78

Profession: infirmière libérale

En quoi es tu spécialisée ?

En oncologie

Pourquoi as tu choisi ces spécialités ?

Totalement par hasard, je voulais travailler aux urgences, faire la spécialisation d’anesthésiste. Lorsque j’ai débuté ma carrière il n’y avait pas de poste, on m’a proposé la chimiothérapie … En attendant qu’un poste se libère. Lorsque le poste s’est libéré j’ai refusé immédiatement. Les soins en chimiothérapie sont lourds pour les patients mais l’humanité qui règne dans ces services est magnifique.

Comment gères tu les “états d’ames” de certains de tes patients ?

J’imagine que ton travail te pousse parfois à subir de mauvaises humeurs, comment le gères tu ?

Gérer les “états d’âmes” est une de mes fonctions essentielle finalement, les gestes doivent être précis mais l’essence même de mon métier c’est l’écoute, l’accompagnement, l’empathie… Un patient rassuré et en confiance vivra beaucoup mieux ses soins.

Il est extrêmement rare à domicile de devoir subir “les mauvaises humeurs”des patients. Je ne dépends pas d’une hiérarchie, ni d’un système lourd a gérer. En interactions directes avec les patients, j’ai définis une façon de travailler, d’accompagner les patients selon mes valeurs et mes aspirations profondes.

Mais lorsque cela arrive, je comprends, c’est normal d’être en colère contre cette maladie, de vivre mal le sentiment d’injustice etc.. Alors j’écoute sans juger.

En plus de ton role fondamental d’accompagnement dans les soins, tu dois parfois endosser un role un peu “psychologique”, que conseilles tu à tes patients pour gérer leur stress / anxiété fasse aux soins ? et / ou l’acceptation de la maladie ?

Écouter est le plus important pour moi, je n’ai pas reçu de formation en psychologie, je fais au mieux, j’essaye d’apporter une présence rassurante. Je viens de terminer ma formation d’hypnothérapeute, ce qui m’aide beaucoup aussi pour conseiller les patients.

Tout dépend des personnes les conseils sont très différents selon l’age, les traitements, l’évolution de la maladie…

Il y’a beaucoup de choses possibles:

Le sport avec des coachs spécialisés, la sophrologie, la méditation, la réflexologie, bien s’alimenter… être bien entouré, continuer a sortir même si c’est très peu… ces conseils sont vraiment a adapter en fonction de la personne.

Que conseilles aux proches qui doivent souvent te solliciter ?

Prends tu le temps de leur parler, de les rassurer ?

La encore, les conseils sont très différents d’une personne a une autre. Mais tout comme il est important pour le patient de pratiquer une activité physique, se faire du bien, il me semble que les proches doivent aussi prendre vraiment soins d’eux memes. Je le conseille très souvent. S’oxygéner, sortir, se faire un peu plaisir, faire du sport, parler a un thérapeute…

 

Que préconises tu pour gérer l’anxiété, les insomnies ? (pas de médocs forcément ça peut être des astuces)

Les méthodes de relaxation

méditation, sophrologie, et hypnose bien sur !

Quelles sont tes astuces pour faciliter les traitement (dans un cadre de coquetterie, pas médical) 😉 ?

Les crèmes :

chez Avène et La Roche Posay sont efficaces et hypoallergéniques

Il y a aussi la gamme VEA qui est excellente !

Pansements:

les Mepitel sont excellents, même tenue que le Tegaderm,

Pour les sourcils:

en cas de chute : le maquillage permanent donne un excellent résultat. ( le boudoir du regard, l’atelier du sourcil)

Bonnet:

en cas de chute des cheveux, en avoir un en coton bio tres doux. Pour dormir c’est plus confortable. Certains sont très jolis et peuvent aussi être portés en journée.

Crois tu aux bienfaits des médecines parallèles ?

Oui !

Si oui, lesquelles sont selon toi fondamentales pendant le K

Je constate l’aide pour les patients de certaines spécialités, en complément des soins

Acupuncture

Reflexologie qui aide a diminuer les nausées pour les nausées chimio induites

Hypnose pour le stress, l’acceptation des modifications corporelles, les nausées, la pose de cathéter…

Mais a mon sens le plus important c’est de pratiquer une activité physique !

Pour lutter contre la fatigue liée aux traitements et à la maladie, le sport est très bénéfique.

Il faut le faire de façon encadrée mais c’est essentiel pour le corps et l’esprit

Il existe une association en région parisienne la CAMI

Il y a aussi de plus en plus de coach individuel qui se forment et font du domicile.

Josué mon prof de squash s‘est d ailleurs formé a la CAMI

Il propose à domicile à Paris:

JOSUE : 06 64 81 73 75

Que conseilles tu à tes patients pour éviter le gaspillage quand leurs soins sont terminés , car souvent ils sont livrés avec beaucoup trop de matériel ….

Le plus simple est de rendre le matériel au prestataire… mais tout sera jeté c’est la loi.

J’ai trouvé une association qui peut reprendre le matériel et en faire très bon usage

http://www.pouruneenfance.com/contact/

cela leur permet d’échanger le matériel contre la gratuité des soins à l hôpital de M’Bour pour les enfants sénégalais vivant dans les rues.

Arrives tu à prendre suffisamment de distance quand tu rentres dans ton quotidien pour ne pas trop etre impactée ? As tu des remèdes pour de blinder ?

J’ai fait mon mémoire de fin d’étude sur les émotions des soignants, ce travail de recherche m’a beaucoup aidé, j’ai rencontré des personnes formidables, et appris beaucoup sur moi. Et surtout j’ai compris qu’il ne fallait SURTOUT pas chercher a se blinder !

J’ai intégré totalement le concept d’empathie avant même de commencer a travailler.

Et puis mon oncle m’a donné un precieux conseil un jour:

sois l’infirmiere que tu aimerais voir auprès de tes proches

Lorsque je rentre chez moi, satisfaite de ce que j’ai fais pour les patients, je n’ai aucune raison de continuer à y penser. Je vis le moment présent avec les patients et je vis le moment présent chez moi 🙂

 

Que fais tu pour te changer les idées, quand tu es trop impactée ?

Pour être un bon soignant je crois qu’il faut déjà savoir prendre soin de soi, c’est ce que je fais au quotidien.

Mais quand je suis triste pour un patient je m’autorise a l’être, tout comme je peux m’autoriser a etre joyeuse avec lui.

 

Pourquoi as tu accepté de témoigner:

Intervenir dans ton parcours de soin fut un réel plaisir, montrer aux autres patients qui sont les professionnels qui partagent pendant quelques temps leur quotidien est un plaisir.

 

En quelques mots ce qui t’a poussé à choisir cette profession:

J’ai suivi quelques temps les cours a la fac de droit, c’était très intéressant mais il me manquait vraiment quelque chose, au fond j’ai toujours su que je voulais « prendre soins » je crois. Etant ado, j’ai eu l’occasion de travailler l’été dans un centre pour enfants poly handicapés, ces enfants m’ont tellement apporté, je n’avais pas du tout l’impression de travailler… j’ai compris que ce métier était fait pour moi.

 

Champs libre :

Grâce a ce métier j’ai rencontré des personnes extraordinaires. Au quotidien je suis épatée par la générosité des patients leur bienveillance a l’égard des soignants. Ce que nous vous donnons, vous nous le rendez au quotidien.

——-

Je pense que c’est important d’avoir un témoignage de professionnel, pour montrer aux patients & proches que le combat contre le K c’est aussi un travail d’équipe & que plus nombreux nous sommes, plus la bataille est renforcée !! Et Ça peut aider les patients à mieux comprendre la psychologie du corps médical 😉

Merci 1000 fois d’avoir accepté de partager ton témoignage, il est indispensable pour mieux apprivoiser toutes les astuces du K, pour s’armer de force & de courage.

A très bientot

Charlotte